Le club des incorrigibles optimistes- JM Guenassia

Une lecture pour le challenge Goncourt des Lycéens d’Enna et un roman qu’elle avait adoré. Contrairement à Enna, j’ai eu du mal à entrer dans le roman. Par contre, une fois prise je me suis laissée portée par le flot des histoires qui s’entremêlent.

Paris, année 1960s. Michel est un lycéen qui s’ennuie. Passionné lecture et de baby-foot, il passe du temps dans les cafés. Il rencontre dans l’arrière salle du Balto, une salle de joueurs d’échecs au parcours un peu particulier. Igor, Léonid, Sacha, Imré ont tous abandonné leur famille pour sauveur leur vie, en quittant le régime soviétique. Michel va se nourrir de leurs histoires, de leurs secrets aussi pour savoir pourquoi ces gens là ont désormais goût en une chose plus que tout : en la vie. Ils sont devenus « des incorrigibles optimistes »…
Michel tente de comprendre comment ils se sont transformés, il compare ses épreuves (le départ de son frère vers l’Algérie, la séparation de ses parents ou le début de ses relations amicales et amoureuses) aux vies de ces nouveaux amis.

C’est donc un roman riche, sur fond de tourne-disques et de rock and roll, dans lequel, je me suis sentie un peu perdue au début. Une histoire d’amitiés étranges et pourtant réelles, un roman initiatique pour Michel, une histoire (des histoires) dans la Grande Histoire, où l’on comprend que les choix que l’on fait ne sont pas toujours compris. C’est terriblement bouleversant. Une réussite (si ce n’est quelques longueurs-pour moi- dans certaines vies de nos immigrés).

—————————————————————————————————-
D’autres avis

Cécile

Clarabel

——————————————————————————-

Plus qu’UN  pour les compliments !

1988 : « L’exposition coloniale » de Erik Orsenna
1989 : « Un grand pas vers le Bon Dieu » de Jean Vautrin
1990 : « Le Petit Prince cannibale » de Françoise Lefèvre
1991 : « Les filles du calvaire » de Pierre Combescot
1992 : « L’île du lézard vert » de Edouardo Manet
1993 : « Canines » de Anne Wiazemsky
1994 : « Belle-mère » de Claude Pujade-Renaud
1995 : « Le testament français » de Andreï Makine
1996 : « Instruments des ténèbres » de Nancy Huston
1997 : « Le maître des paons » de Jean-Pierre Milovanoff
1998 : « Mille six cents ventres » de Luc Lang
1999 : « Première ligne » de Jean-Marie Laclavetine
2000 : « Allah n’est pas obligé » de Ahmadou Kourouma
2001 : « La joueuse de go » de Shan Sa
2002 : « La mort du roi Tsongor » de Laurent Gaudé
2003 : « Farrago » de Yann Apperry
2004 : « Un secret » de Philippe Grimbert
2005 : « Magnus » de Sylvie Germain
2006 : « Contours du jour qui vient » de Léonora Miano
2007 : « Le rapport de Brodeck » de Philippe Claudel
2008 : « Un brillant avenir » de Catherine Cusset
2009 : « Le club des incorrigibles optimistes » de Jean-Michel Guenassia
2010 : « Parle leur de batailles, de rois et d’éléphants » de Mathias Enard
2011 : « Du domaine des murmures” de Carole Martinez

 

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le club des incorrigibles optimistes- JM Guenassia

  1. Manu dit :

    Il ne me tente pas vraiment ce roman. Pourtant, les avis sont souvent élogieux.

  2. Ping : Un secret- Philippe Grimbert | mademoiselleorchidee

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s