Mille six cent ventres- Luc Lang

J’avais lu ce livre à sa sortie (1999), me revoici plongée dedans grâce à Enna qui organise le challenge « Goncourt des lycéens »…

 

Henry est un cinquantenaire actuellement au chômage technique car la prison où il officie comme cuisinier est prise d’assaut par des mutins.
De chez lui, il observe les événements. Il rencontre à cette occasion Louise- une belle journaliste-.
Très vite on comprend que cet Henry n’est peut-être pas aussi blanc et gentil qu’il le laisse présager. N’est -il qu’un homme sur le déclin qui aime le sexe, la bière et le jardin ?
Au fil des pages, on découvre un Henry sombre, « chef d’orchestre des intestins » de ces prisonniers, « le maestro de tous les trous du cul de (s)a petite ville »….

« ce que je sais moi, chef cuisinier de Strangeways, c’est qu’à l’échelle de ma petite ville de damnés,le pouvoir que j’ai sur leurs boyaux me donne tout pouvoir sur l’ai ambiant, l’état des tissus et des chairs, la disposition des esprits et des caractères, et enfin sur le fonctionnement de toute la plomberie, que ce soit celles des ventres ou celles des bâtiments »

Un Henry machiavélique qui se plaît à faire la loi en domptant les intestins, ou en régulant le droit d’entrée des journalistes chez lui… Et ces amantes multiples, que sont-elles devenues ? disparues ?…

Luc Lang dresse ici le portrait d’un homme étrange, capable du pire, pour qui les  limites ne semblent pas exister. Un roman sur les travers d’une société où tout semble se monnayer, où la justice est tout sauf juste, et où les médias ne sont qu’un outil de communication politique. Un roman où les apparences sont parfois trompeuses…

———————————————————————————————
D’autres avis :

Thierry Collet

————————————————————————————————–

1988 : « L’exposition coloniale » de Erik Orsenna
1989 : « Un grand pas vers le Bon Dieu » de Jean Vautrin
1990 : « Le Petit Prince cannibale » de Françoise Lefèvre
1991 : « Les filles du calvaire » de Pierre Combescot
1992 : « L’île du lézard vert » de Edouardo Manet
1993 : « Canines » de Anne Wiazemsky
1994 : « Belle-mère » de Claude Pujade-Renaud
1995 : « Le testament français » de Andreï Makine
1996 : « Instruments des ténèbres » de Nancy Huston
1997 : « Le maître des paons » de Jean-Pierre Milovanoff
1998 : « Mille six cents ventres » de Luc Lang
1999 : « Première ligne » de Jean-Marie Laclavetine
2000 : « Allah n’est pas obligé » de Ahmadou Kourouma
2001 : « La joueuse de go » de Shan Sa
2002 : « La mort du roi Tsongor » de Laurent Gaudé
2003 : « Farrago » de Yann Apperry
2004 : « Un secret » de Philippe Grimbert
2005 : « Magnus » de Sylvie Germain
2006 : « Contours du jour qui vient » de Léonora Miano
2007 : « Le rapport de Brodeck » de Philippe Claudel
2008 : « Un brillant avenir » de Catherine Cusset
2009 : « Le club des incorrigibles optimistes » de Jean-Michel Guenassia
2010 : « Parle leur de batailles, de rois et d’éléphants » de Mathias Enard
2011 : « Du domaine des murmures” de Carole Martinez

… donc quatre chroniqués ici !… plus que cinq pour viser les « compliments »

Cet article, publié dans J\'y participe, Lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Mille six cent ventres- Luc Lang

  1. enna dit :

    Ca a l’air pas mal, tu le conseilles?

  2. Ping : Le maître des paons- Jean-Pierre Milovanoff | mademoiselleorchidee

  3. Mélopée dit :

    Je suis en pleine lecture de son livre qui sortira pour la rentrée littéraire. J’aime assez mais le style est quelque peu étonnant ! J’ai eu du mal à m’y plonger pour de bon !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s