Une interminable distraction au monde- Bertrand de Robillard

Un couple à l’île Maurice. Claire et François.
Lui est à la retraite et tous les deux décident de déménager pour le grand air.
Ils arrivent en bord de mer, et très vite le bonheur qu’ils avaient imaginé n’est pas au rendez-vous. Les éléments de la nature, la solitude, tout ce qui avait été imaginé comme enivrant devient gênant pour François.
Le bourdonnement continu du vent dans mes oreilles résonnait comme une vague menace, me donnant un sentiment de précarité.

(La brise) était à la fois âpre et  insistante mais aussi plus bruyante quand on la recevait de face plutôt que de côté, car elle soufflait alors sur les parois protectrices des deux tympans en même temps.

Claire jardine, donne des leçons à un élève : elle semble s’adapter à sa nouvelle vie.

Initialement, François tente de se faire à cette sensation d’oppression et d’inconfort permanent. Mais, rien ne semble y faire jusqu’au retour presque nécessaire à la ville… Ce retour à la ville veut-il dire séparation d’avec Claire ?

Bertrand de Robillard nous offre ici un roman d’une lenteur extrême, la réflexion d’un homme sur les choix qui se font (ou non) dans une vie. Un roman intéressant mais qui ne m’a pas transportée.

——————————————————————————————

D’autres avis:

Constance(qui m’a fait acheter le livre suite à un atelier d’écriture) : « Le monologue de François, qui traîne parfois un peu en longueur, est retranscrit par l’écriture de Bertrand de Robillard dans une écriture sans fioritures mais au rythme lent, à la vitesse du cheminement intérieur qu’effectue François.Un beau livre, très court mais qui par sa lenteur semble s’opposer à la rapidité du monde autour des nous et à la boulimie d’images que nous offre la télévision. »

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Une interminable distraction au monde- Bertrand de Robillard

  1. constance93 dit :

    j’en ressors un peu avec cette impression aussi. mais c’est pourtant un livre qui m’a saisi : il m’a suivi, j’en ai parlé autour de moi au cours des conversations (par rapport aux conditions de vie en ville/au rêve de la vie en campagne…)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s