La femme gelée – Annie Ernaux

Annie Ernaux livre ici son expérience de l’acquisition de la « féminité imposée ».

Petite fille élevée par des parents commerçants : sa mère est dans la boutique et gère les comptes, pendant que le père fait la sortie des classes et épluche les légumes. Elle apprend, enfant, la liberté, le plaisir. Autour d’elle, les autres filles avec des papas qui travaillent et des mamans à la cuisine en jupe et talons…

Parmi toutes les raisons que j’avais de vouloir grandir il y avait celle d’avoir le droit de lire tous les livres.

Comment se forger l’idée de ce qu’est une femme lorsque l’on est pris entre ces deux modèles  ? être une femme est-ce vraiment  avoir une jupe, des talons, des bas… ?

Je dépense une partie de mon énergie à me façonner une image séduisante. Avec quelle platitude, quelle application je me jette sur tous les signes extérieurs de la bonne féminité, celle qui aguiche, quelle ténacité pour m’affirmer jeune fille à quatorze ans. Mais, ces bas, cette jupe droite, ces talons hauts ne sont pas dans ma jugeote d’alors destinés à me transformer en « objet sexuel » mais à me rendre heureuse en étant choisie.

Pendant longtemps Annie Ernaux croit le contraire et échappe au carcan de la société (bien que ses parents « aussi » attendent d’elle que ne finisse pas « vieille fille ») … elle mène une vie de plaisirs, de découvertes. Jusqu’au jours où elle se marie, fait un enfant et déménage. Petit à petit, insidieusement, elle devient cette femme qu’elle ne veut pas être : la maman, l’épouse dévouée à son mari, la femme d’intérieur, la cuisinière… Comment résiter à un tel supplice ? comment en sortir ?

Un très beau roman sur la femme, sa place dans la société, ses choix. A lire et à faire lire aux femmes et aux hommes qui nous entourent !

——————————————————————————————-

Le coin lecture .

A les heures.

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La femme gelée – Annie Ernaux

  1. Valérie dit :

    D’Annie Ernaux, j’avais adoré les Années. J’en ai lu d’autres qui m’avaient moins plu mais je n’ai pas lu celui-là.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s