Passage du gué- Jean-Philippe Blondel

 

Fred fait les soldes dans une zone commerciale près de chez ses parents, et le voilà replongé dans sa vie de jeune adulte.  Il croise un couple de sa connaissance, du temps où il n’était que
surveillant.

 

2à ans avant, en effet, Fred se prend d’amitié, d’amour ?, pour Myriam, une jeune prof de dessin.

Myriam et son ami Thomas vont vivre une expérience de vie difficile, le décès d’un nouveau-né.

Et Fred va être celui qui va les aider à passer l’étape, à franchir le gué.

 

Tout ça on le sait dès le début, mais Blondel raconte avec beaucoup de pudeur les événements, leur enchaînement et le position des chacun des personnages (puisque le point de vue est parfois
celui de Fred, d’autres celui de Myrian ou Thomas). Un roman à trois voix qui nous conduit au plus profond de nous même : que sommes nous prêts à faire (ou pas) pour aider les autres ? comment
survivre à la perte d’un enfant ?

 

Que dire ? Blondel joue avec les mots et les émotions.

Le passage de Myriam dans la douleur, sans une seule ponctuation est d’une force et d’une  douleur incroyable.

On a envie d’aider Myriam à retourner à la vie.

Un roman dur et bouleversant, sur une expérience humaine incroyable.

A ne surtout pas lire si l’on est enceinte.

 

Merci Céciledequoideneuf pour cette découverte !


D’autres avis

Biblioblog

 

La ruche aux abeilles

 

Sandrine

 

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Passage du gué- Jean-Philippe Blondel

  1. bzzz dit :

    Tu l’es??? On t’achétera Dolto ou Pernoux…

  2. bzzz dit :

    Rassure-toi, c’était une blague… Je n’ai pas lu ces ouvrages « d’élevage » d’enfants… Cf la séquence de Moi moche et méchant… 

Les commentaires sont fermés.