Un roman russe- Emmanuel Carrère

Emmanuel Carrère est à une période de sa vie où il se cherche.

Il pense trouver des réponses dans ses racines, dans l’histoire de son grand-père plus précisément.

Alors il se met à apprendre le Russe et part  faire un reportage dans la Russie profonde sur un hongrois emprisonné pendant des années là-bas.

 

Il pense aussi que sa nouvelle relation amoureuse est une des clés de sa stabilité.

 

Emmanuel Carrère se décrit comme perdu, sous tension, ayant besoin d’un amour inconditionnel et ne pouvant pas lui donner la même chose. Il est possessif, jaloux, exigeant, orgueilleux… il est
tellement mal qu’il ne semble pas prednre de plaisir au reportage qu’il a choisi de faire en Russie.

 

 Il ne s’agit pas de mon roman « préféré » de Carrère, par contre j’ai aimé la façon « noire » , sans fantaisie ni tabou dont Emmanuel Carrère se présente ( et c’est peut-être le réel intérêt de
ce roman). Ce livre est comme une thérapie pour l’aider à de sortir de son « enfer ».

 


D’autres avis

 

Les lectures de Sophie : Emmanuel Carrère, lui, ne m’a pas touchée;il est certes talentueux mais
aussi égoïste, méprisant, imbu de sa personne même s’il est assailli de doutes. Bref, un homme imbuvable, et il ne s’en cache pas spécialement..

 

Caro[line] : C’est fort, très très fort. J’ai été beaucoup remuée par certains passages. J’ai été
captivée par ces histoires. Pour tout cela, j’ai trouvé ce roman superbe.

 

Les livres de malice : Un livre assez curieux au final très agaçant, un livre qui m’est rapidement
tombé des mains au final, je n’ai vraiment pas accroché, je me suis même terriblement ennuyée !

Les plumes d’Audrey : Il est finalement moins question de la Russie et de l’histoire du grand-père que de la
recherche de lui-même par l’auteur. De la tentative de comprendre et de changer.
Il est question de douleur, d’apprentissage, de chemin de croix. Le tout servi par une forme parfaite.

 

 

Insatiable lectrice : Moi, j’ai lu le journal d’un homme tourmenté qui, à plus de 40 ans, est oppressé par un
secret de famille et qui, pour briser une lignée de détresse, va se battre en utilisant ses mots comme des armes.
Moi, j’ai lu le journal d’un fils aimant tant sa mère qu’il prend le risque de la perdre pour essayer de la rendre libre.

Je pense que « Un roman russe » est de ceux dont on peut penser « C’est tout ou rien« .
Moi « C’est tout« .

 (plein de liens dans son billet)

 

 

Et d’autres, sans doute !


Pour d’autres livre de Carrère ici : regardez l’index des livres !

j’ai lu « d’autres vies que la mienne », « l’adversaire », « la classe de neige »

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un roman russe- Emmanuel Carrère

  1. Valérie dit :

    J’ai detesté ce roman et c’est par lui que j’ai découvert Emmanuel Carrère (d’ailleurs, je le lui ai dit) . Pour moi, c’est de la mauvais autofiction, celle où on critique des gens qui n’ont pas
    demandé à être dans un roman. Heureusement que j’ai quand-même décidé de lui donner une seconde chance avec D’autres Vies que la Mienne car là, ce fut le coup de foudre.

Les commentaires sont fermés.