La noce d’Anna- Natacha Appanah

 

Sonia marie sa fille unique aujourd’hui.

 

Je marie ma fille aujourd’hui. Cette phrase bondit dans ma tête tandis que je la regarde dormir. J’ai quarante deux ans et je marie ma fille aujourd’hui. J’ai soudain l’impression d’être
sortie de mon corps, de flotter au-dessus d’Anna endormie et de moi même. […] J’aurais voulu avoir assez de recul sur ma propre vie pour encourager ma fille, mais non, je n’ai pas tout
cela.

Sonia nous livre ses sentiments lors de ce « grand jour ».

 

Il est question ici de relation mère-fille, de secrets partagés, de craintes (que va devenir ma fille ?), de père absent, de joie , de bonheur.

 

Avec ma fille dans mes bras, ma filla adulte, bientôt mariée, je me sens vieille, si ridée, si dépassée, si démodée. A quoi vais-je servir désormais ?

 

 

On a beau se dire qu’on fait des enfants pour qu’ils puissent s’envoler et être heureux, on ne veut que les retenir, être les seuls à leurs yeux, qu’ils ne coupent jamais le cordon, qu’ils
aient encore besoin de nous.

 

 

Je me suis laissée transportée par le flot de sentiments-parfois contradictoires- éprouvés par Sonia : heureuse et triste en même temps, désireuse de plaire à sa fille et d’être elle
même.

Un très beau moment de lecture pour moi, j’ai vraiment trouvé ce roman touchant. Une belle découverte.


 

D’autres avis enthousiastes,

Sylire  

Moi clara et les mots : Un gros coup de cœur sincère, rempli d’émotions et de sensibilité
!

 

Keisha :  Sonia a une sensibilité à fleur de peau, des envies encore, elle se dévoile
petit à petit, on la sent fragile et solide à la fois. Un beau portrait de femme et une évocation réussie de l’amour entre cette mère et sa fille.

 

Audouchoc :  

Bibliolog :

Clarabel :

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La noce d’Anna- Natacha Appanah

  1. bzzz dit :

    Des envies de mariage???

  2. anjelica dit :

    j’ai vraiment bcp aimé cette lecture

Les commentaires sont fermés.