Le dernier frère- Natacha Appanah

Les différents avis positifs sur un autre livre de Natacha Appanah (la noce) m’ont fait emprunté ce roman à la médiathèque (prix des lecteurs de l’express 2008).

4b22ed327c922c50ab5bc3bb1c070d78.jpg

 

Maurice, 1944

Le dernier frère.

Celui qui reste après le décès brutal de ces deux autres frères.

Raj est celui-là.

Celui qui après avoir passé des années à être protégé par son frère ainé et son frère benjamin, après avoir joué avec eux, arpenté la forêt… se retrouve seul.

Seul dans cette famille où la violence règne.

Dans cette famille qu quitte brutalement sa campagne pour une plus grosse ville après le drame.

Cette famille, où le père ne sait pas d’autres mots que ceux de la violence. La mère elle est la reine des décoctions miraculeuses.

Raj est celui qui s’accroche à un regard croisé au détour de fils barbelés, et veut faire de son ami celui qu’il a vu.

 

Raj nous livre une confession de son enfance, de ses rèves, de ses craintes et de ses regrets , de son fort désir d’échapper à cette solitude imposée alors qu’il est sur la fin de sa vie.

L’amour qu’il porte à sa mère, toujours dans la retenue.

 

Je pensais beaucoup à mes frères quand je voyais tous les enfants qui jouaient, qui criaient et parfois si les autres gamins m’appelaient, je me retenais, je disais nonn je baissais la tête
et les enfants entre eux chuchotaient, il disait que j’étais très malade et que jouer pouvait me tuer. Au fond, ils n’avaient pas tort. J’étais malade de mes frères et, j’étais persuadé que
j’allais les trahir, les éloigner de moi pour toujours si je  jouais avec les autres, riais , faisais équipe avec eux.

 

J’ai été touchée par les mots de ce roman.

La douleur du narrateur semble vive, et pourtant elle est racontée tout en pudeur. Les confessions dures et fortes semblent dessiner le contour de l’adulte qu’est devenu cet enfant.

Une belle découverte que cette auteure.


D’autres avis

Biblioblog : Même si parfois
quelques longueurs ou répétitions peuvent apparaître ici ou là, je les ai prises comme des preuves du ressassement de souvenirs douloureux, la tristesse et les remords d’un homme âgé marqué à vif
dans son enfance. Il est des plaies qui ne se referment jamais.

Littérature passion : Un récit triste, avec une très belle écriture, lu en deux petites soirées. De l’émotion, la découverte d’une écrivaine
que je ne connaissais pas  et l’occasion de découvrir un moment tragique de l’histoire de notre pays.

Moi Clara et les mots : Un livre
fort où l’on se retrouve face à un homme rongé par la culpabilité et ses remords

 

Journal d’une lectrice : J’ai aimé le style descriptif et réaliste de Nathacha Appanah et pourtant ce roman m’a laissée sur ma faim. L’intrigue en est finalement
assez légère. Tout y est noir et sans espoir. Même la nature sauvage et rude semble complice des évènements qui vont entraîner deux enfants dans un périple sans issue. J’ai trouvé que c’était
trop, cette accumulation de malheurs et cette atmosphère délétère.

 

Jules se livre : Elle parle magnifiquement de la culture de l’île Maurice et j’ai vraiment eu l’impression de m’évader « ailleurs » avec ce fantastique
roman.

 

Les routes de l’imaginaire :

 

 

Les sentiments du narrateur, tristesse, remords, nostalgie, sont exprimés avec délicatesse et on ressent aussi nettement le climat lourd et pesant de cette île malmenée par le climat. Le
contexte historique est suffisament tragique pour ne pas en rajouter. C’est un livre intelligent, bien écrit et qui traite d’un sujet original, pas mal non ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le dernier frère- Natacha Appanah

  1. In Cold Blog dit :

    Il m’avait été recommandé par un ami. Je ne connaissais pass du tout l’auteur mais ce roman m’a beaucoup surpris et touché.

  2. In Cold Blog dit :

    hé non, Le dernier frère est le seul roman de cet auteur lu à ce jour

  3. anjelica dit :

    Un de ces jours, je lirais à nouveau cette romancière mais je ne sais pas quand …

Les commentaires sont fermés.