Les juins ont tous la même peau, rapport sur Boris Vian-Chloé Delaume

Chloé Delaume nous livre ici « son rapport sur Boris Vian » , elle nous explique comment adolescente-alors qu’elle ne savait pas très bien où allait sa vie- sa rencontre avec Boris Vian est une
vraie révélation.

 

Il y a eu un avant, un avant ça, un avant lui. Un avant où bien sûr, un livre faisait une nuit, où je n’existatis enfin plus, où je laissais mon corps et ses foutues lésions sur le
matelas , qu’on m’imposait alors, un matelas étranger en espace étranger, hostile jusqu’au coton, jusqu’aux obsolètes imprimés fanés de ses taies….

Avant l’Ecume des Jours, les livres racontaient, ils ne me disaient pas. 

 

La révélation des mots, de leur puissance, de l’intérêt de jouer avec comme une façon de renaître, d’exister.

Les mots de Chloé Delaume créent une mélodie âpre, dure , une incantation.

Les phrases sont courtes, les mots résonnent pour exprimer le cisaillement intérieur de Délaume.

 

Il faut se préparer à cette écriture étrange, déboussolante mais d’une force assez incroyable. 


D’autres avis :

La mer à lire : Lucile explique mieux que moi mes pensées ….

Laetitia Beranger

 

Un autre livre de Delaume chez moi, ici

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les juins ont tous la même peau, rapport sur Boris Vian-Chloé Delaume

  1. Je pense que je n’ai pas assez lu de livres de Vian pour me pencher sur ce livre. Redonne moi ton adresse en mail privé STP afin que je t’envoie ton cadeau suite à ta brillante victoire au jeu
    idiot de juillet.

  2. D’après l’extrait, j’aime assez son style. Elle réussit apparemment à exprimer parfaitement son ressenti. J’ai dû l’apercevoir dans la « Grande librairie »… mais elle se fait rare à la tv.

Les commentaires sont fermés.