Le canapé rouge- Michèle Lesbre

 

canaperouge.jpgAnne, la narratrice, part
en voyage par le transibérien.  Elle est à la recherche de son amour perdu, Gyl dont elle n’a plus de nouvelles depuis longtemps.

En même temps qu’elle croise des personnages divers, elle analyse le but de son voyage, sa vie actuelle et l’attachement qu’elle voue à sa voisine d’en dessous, Clémence.

Clémence perchée sur son canapé rouge n’a cessé de survivre depuis la mort de son amour d’adolescence, fuyant les lieux où ils avaient jadis étaient heureux

Le lien qui unit les deux femmes est fort, et au fil du voyage, la présence de Clémence est de plus en plus forte alors qu’Anne s’en éloigne « géographiquement ».

Anne est dans ses pensées qui oscille entre les souvenirs du passé, le lien entre le présent et le passé ou celui entre ses lectures et le moment présent.

 

 

 

 

Extraits :

Les débats nous les avions eus malgré tout. Ils m’en avaient rappelé d’autres, anciens, qui avaient eu raison de nous. J’aurais dû savoir que la distance était déjà là, avant même que les
kilomètres ne s’en mêlent,mais je désirai maintenir ce lien avec cet homme qui comptait dans ma vie.

 

 

Ces vers qui m’avaient bouleversée un jour me rattrapaient dans cette maison minuscule mais où la vie de Gyl m’échappait, où je n’étais pas sûre d’être à ma place, ils m’étaient d’un grand
réconfort.

 

Alors ?

Il s’agit d’un roman d’introspection sur les liens entre les hommes et les femmes, les amitiés.

L’écriture est fine et précise. Je me suis laissée embarquée dans les réflexions d’Anne sur la vie, les choix que l’on fait…


 

D’autres avis

Lettre express

 

Clarabel

 

Publicités
Cet article a été publié dans Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le canapé rouge- Michèle Lesbre

  1. deparlà dit :

    ce petit livre m’a rapidement ennuyé, je l’ai trouvé dénué d’intérêt, peut-être trop superficiel?

Les commentaires sont fermés.