Rédac du mois de Septembre

Tous les mois des rédacteurs blogeurs planchent sur le même thème. Ce mois ci, le début et la fin du texte sont imposés.

—————————————————————————————————————


« En m’éveillant, je sentis le contact de l’eau sur mes pieds. Après
l’amerrissage forcé de la nuit, j’avais rampé jusqu’à la plage et m’étais
endormi au bord de la mer. »

Avais-je vraiment oublié ce qui s’était passé ? Ma quête de liberté… ce désir d’ailleurs… cet argent amassé pour partir, partir en quittant les siens pour espérer trouver mieux.

 

Combien d’amis avais-je déjà perdu dans ces quêtes folles d’un ailleurs « meilleur »? Plusieurs, mais sûrement pas assez pour me faire changer d’idée.

 

Alors, j’ai travaillé … enfin me faire photographier dans les rues par quelques touristes en recherche de « couleurs locales » -mendier de façon détournée en quelque sorte. Combien
de temps avais-je attendu avant de partir ? Je ne sais plus.

 

J’ai pris le bateau, la barque.

Avec d’autres, plusieurs.

Nos yeux brillaient plein de rêves qu’ils étaient,  et plein de tristesse aussi de quitter les nôtres. La peur que peut-être ce voyage nous coûterait la vie ? Celle là nos
préférions tous la mettre de côté.

Le moteur pouvait tenir six heures nous avait on dit. Six pax plus, après il allait falloir ramer parce que la côte espérée était à sept heures de moteur…

Départ à la nuit tombante, entre les bateaux de pêche, les transporteurs de marchandises, notre embarcation semble précaire. Et, elle l’est.  Ramer … nous n’avons pas eu le temps de
ramer. Le vent, la tempête, une barque très pleine, trop sans doute … nous avons chaviré…

Nager, se débattre dans l’eau pour survivre … ne pas lutter contre le courant, pour ne pas se fatiguer… enfin la côte.

Dormir

En m’éveillant, je sentis le contact de l’eau sur mes pieds. Après l’amerrissage forcé de la nuit, j’avais rampé jusqu’à la plage et m’étais endormi au bord de la mer.

Combien étions-nous ? Il fallait jouer les Robinson Crusoe. Explorer cette île mystérieuse. Etais-je vraiment ailleurs ? A priori, le sable était plus blanc que « chez
moi »… peut-être avais-je réussi. Pour combien de temps ? Une maison éclairée, il me fallait tenter ma chance.

Je frappais plusieurs fois, avant qu’une jeune femme m’ouvrît. Elle était  enceinte, « bien enceinte » comme on dit. Je lui expliquais ma quête. Elle me  sourit, et d’un
coup son visage se modifia … une contraction, le début du travail. Elle me dît qu’elle veut attendre son mari…

Je l’allongeais et lui expliquais les rites propres à notre tribu et avec du miel, du sel et de l’huile je lui préparais un onguent que je massais sur sa peau… Les contractions
s’accélèraient, le bébé semblait pointer. De naufragée je devins sage-femme… tant de chose en si peu de temps. Enfin, je me sentais vivre, j’existais pour quelque chose. Par chance, tout se passa
bien… le mari de mon hôte arriva quelques heures après. Il n’en revint pas.

Après cet épisode de bonheur intense, c’est ma condition de naufragée, de rescapée, d’exilée qui refaisait surface et devenait problématique. Ces deux là pouvaient-ils me protéger sans
outrepasser les lois ? Bien sûr que non… Et pourtant, les cris de leur nourrisson leur rappellaient que j’étais là dans ce moment de joie. C’est sûrement ça qui ma sauvée.

Ils m’ont aidée.

J’ai pu continuer à exister, me marier

Leur fils a grandit.

Il dit maintenant de moi « ma sage-femme brune s’est mariée avec un riche cultivateur dont elle a eu un enfant »

————————————————————————————————————

Allez lire les rédac des copains :

1/ckankonvaou;2/Avec nous en Floride…;4/Le blog de Laetitia Beranger;5/Le blog d’Orchidee;6/D’Athènes à Montréal;7/En direct des iles;8/Zürichardie;9/Il était une fois dans le sud…;10/le
Denis Blog
;11/Le blog de hibiscus;12/tranche de vie;14/good.mood;15/mouton.bergerie;16/une parisienne à Athènes;17/Lodi;18/Gazou;19/Sur les traces du chevalier ours;20/Betty looo-les cornus;21/Le chat qui; 22/Sylvie; 23/Aurélie
;24/magicbus

Publicités
Cet article a été publié dans Jeux de mots. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Rédac du mois de Septembre

  1. enna dit :

    J’aime beaucoup. C’est très bien amené et très délicat. Bravo!

  2. hibiscus dit :

    Tu es une des seules qui a traité le sujet de la rédac du mois de septembre et tu as bien réussi, je trouve. Elle était pas facile !

Les commentaires sont fermés.