Mille soleils splendides – Khaled Hosseini

C’est Enna qui m’a offert ce livre, parce qu’elle l’avait adoré.

… Le titre fait beaucoup rêver … mais le roman se passe en Afghanistan de 1959 à nos jours.

On y découvre l’histoire de deux femmes.
D’abord Mariam forcée d’épouser un homme de trente ans son aîné lorsqu’elle se retrouve orpheline de mère.
Puis Laila, une jeune fille passionnée, à qui la guerre arrache d’abord ses deux frères puis ses deux parents… et qui devient à quatorze ans la deuxième épouse du mari (violent, intolérant) de
Mariam…
Deux destins assez noirs, dans un milieu trés fermé.
L’auteur raconte (avec beacoup de sympathie pour ses héroines)  leurs vies, leur rencontre et le lien entre elles qui se modifie. J’ai aimé la description de la vie de ces femmes dans leur
quotidien : burka, yeux baissés, mariages forcés…

Les passages culinaires (comment ça, je ne pense qu’à manger ?) m’ont remémoré des soirées passées au restaurant afghan de Caen :

Mariam passa la matinéeà laver des lentilles et à faire tremper du riz. Elle prépara également un borani -des aubergines cuites à la vapeur avec des tomates et
servies avec du yaourt aillé -et de l’aushak – des pâtes fourrées aux poireaux et au boeuf hâché-, avant de s’atteler au ménage.

Surtout, ce livre semble être un prétexte pour plonger le lecteur dans l’histoire de l’Afghanistan : de guerres civiles, en guerres civiles … de bombardements en bombardements, de blessés
de guerre en morts…. chaque famille semble toucher par les événements… C’est ce côté pseudo historique qui m’a le plus plu. Je conseillerai ce livre pour cette raison.

Bémol : Pas mal de bons sentiments (trop parfois) et …
la fin en est l’exemple majeur : elle redonne le sourire certes mais  elle ressemble un peu à un happy end cinématographique … elle m’a paru de trop.

D’autres avis :
Enna
Liliba
L’antre des mots
Le blog des livres
Clarabel
Florinette
Dorothy
Passion de lire

Publicités
Cet article a été publié dans Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Mille soleils splendides – Khaled Hosseini

  1. enna dit :

    Je suis d’accord avec toi pour le côté bon sentiments, mais il y a tant de noirceur dansle pays (et en ce moment l’actualité montre que ça continue…) que ça ne m’a pas trop gênée de voir que certains peuvent encore s’en sortir.

  2. saraswati dit :

    en tous cas on doit toujours avoir une pensée pour ces femmes afghanes et de telles livres sont là pour qu’on ne les oublie pas…pour montrer que l’espérance existe..sinon à quoi bon ? j’ai préféré ce livre aux « Cerfs-volants de Kaboul »…trop dur, terrible..les présences féminines apportent ici de la douceur malgrè les situations extrêmes..les femmes,un espoir pour ce pays un jour ?

  3. enna dit :

    j’ai peu d’espoir pour le pays dans son ensemble, il semble qu’il y ait toujours un groupe qui décide de se battre… Mais des petits espoirs, mis en oeuvre par des femmes, ponctuellement, des gouttes d’eau dans une grande mer, pourquoi pas… J’ai aussi aimé « les cefs volants » plus accès sur une vision enfantine et masculine.

  4. valérie dit :

    eh oui, tous ces bons sentiments m’avaient déjà gênée dans les cerfs volants de KABOUL. Je crois que ce n’est pas un auteur pour moi!

  5. Stephie dit :

    J’aime cet auteur mais pas encore eu le temps de lire celui-ci.

Les commentaires sont fermés.