Simone

Qui la connaît vraiment dans ce groupe ?

Qui sait depuis combien de temps elle fait du théâtre ici ?

« Elle était déjà là quand j’ai commencé » affirme Hortense.

« Avant moi aussi » ajoute Mathilde. Bref, elle est un peu comme le pilier du groupe. « Un
vestige » précise-t-elle avec humour.

Seul Claude, leur metteur en scène – professeur, peut avoir la réponse.

 

Pour eux, elle est une incroyable personne.  Si vous la croisez dans la rue, vous ne verrez rien
d’extraordinaire, une femme âgée qui promène son chien… Un chien tellement dynamique qu’il a réussi à la faire tomber et à lui casser le nez et six mois plus tard le bras : Volontaire
pourtant elle a continué à venir aux répétitions, et même à jouer avec un bras cassé !!

Pour ceux qui jouent avec elle au théâtre : elle est exceptionnelle. Elle est celle qui, malgré son âge,
n’hésite pas à s’habiller en femme fatale avec lunettes de soleil, manteau de fourrure ou robe fourreau et fume-cigarette. Celle qui  aussi peut oublier son texte ou inventer tout en
continuant à JOUER. Elle interprète aussi bien les rôles drôles que dramatiques : une actrice exceptionnelle. Certaines se souviennent même avoir cru « la casser » en la poussant
violemment dans une scène de bagarre : notre actrice inébranlable se relève vaillamment, réajuste sa perruque sans même s’apercevoir qu’elle vient de passer à côté « d’une fracture du
col du fémur ». Le plaisir de jouer, le plaisir de rencontrer les autres : elle est tout ça.

Elle semble être un roc lorsque Claude, ne lui laissant rien passer, semble s’acharner sur elle. Elle et
Claude, c’est sûrement bien plus qu’une simple relation d’acteur et de professeur, plus comme une maman et son fils : alors elle lui pardonne tout, même ses pires bêtises, il le sait, et il
l’aime et l’adule son actrice.

Les autres ne la connaissent que par l’œilleton du théâtre, ne savent pas grand-chose de sa vie mais ils voient
tous en elle une battante, une femme dynamique. Elle incarne l’envie de vivre.

 

 

Désormais tous devront faire sans elle.


La maladie a emporté bien vite cette belle femme qui ne se voulait pas malade. Six jours. Six jours c’est court
et sans doute, pour elle, déjà bien long. Ses amis ont peut-être eu le temps de venir à son chevet, peut-être pas, mais tous sont tristes. Tous gardent en mémoire les moments qu’ils préfèrent
d’elle : sa fête pour ses 80 ans, sa dernière prestation théâtrale, son rire qui envahit la pièce…

Hortense est fière d’avoir eu la chance de croiser une femme comme ça : généreuse, vive, discrète et
aimant la vie … Fière et triste.

——————————————————————–
Enna aussi nous parle de Simone

Publicités
Cet article a été publié dans Humeur du moment. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Simone

  1. valérie dit :

    Il est triste mais très beau  ton billet d’humeur. Ca avait l’air d’être une chouette personne Simone. Mais peut-être que ce n’est pas si triste de mourir à 80 ans en 6 jours (c’est à dire sans avoir longtemps souffert). C’est par contre difficile pour ceux qui restent là sans elle.

  2. enna dit :

    Je suis très émue par ton billet…(j’ai aussi eu besoin de parler d’elle)…je ne suis pas « vraiment » triste parce que je sais que c’est « mieux » comme ça…Aurait-elle supporté d’être malade? Mais en tout cas elle crée un vide…je ne suis pas prête de l’oublier…

  3. bzzz dit :

    Exceptionnelle avec ses gants Mappa roses… continuant de jouer malgré la réanimation d’une spectatrice par l’homme aux lunettes vertes…

  4. sylvie dit :

    bel hommage à une belle personne…

  5. liliba dit :

    Elle devait être bien exeptionnelle, cette Simone, pour que tu lui écrives un si bel hommage…

Les commentaires sont fermés.