Comment va la douleur- Pascal Garnier

Pour ceux et celles qui ne viennent pas ici trés souvent, je tiens à préciser que je suis dans une période complétement « garniérienne ».
Fascinée, envoutée par ma première rencontre avec l’auteur via  « Lune captive dans un oeil mort »  j’ai
récidivé avec « La théorie du panda » dont j’ai aimé l’ambiance.
Voici donc le troisième livre de cet écrivain pour moi…

Une fois de plus j’ai aimé la façon dont Pascal Garnier arrive à nous imprégner des histoires, toujours aussi troubles, de ses personnages. De l’humour noir caché un peu partout : j’adore ! C’est
toujours l’ambiance qui prime avec cette fois pour décor initial une ville thermale perdue dans les montagnes… Vals-les-Bains. Simon y rencontre Bernard. Ce dernier est un peu perdu, n’a jamais
vraiment su quoi faire de sa vie. Pour le moment il est en accident du travail, alors il s’occupe de sa mère alcoolique, Anaïs…

Aujourd’hui elle vivait de sa toux incurable qui lui rapportait une petite pension et des envois modestes
de Bernard. Cela suffisait pour renouveler chaque jour sa bouteille de Négrita et regarder en paix la poussière se déposer comme une neige grise sur une vie qui n’aurait pas du être.
« Mon passé est triste, mon présent est catastrophique, mais par bonheur, je n’ai pas d’avenir » Ainsi se consolait-elle.

Le décor-noir- est posé.
Le style sobre, simple avec des phrases courtes opère toujours à merveille.
Les histoires de chacun des personnages sont propices à des réflexions sur la vie. Bref, une fois de plus me voici conquise.

On aurait pu être n’importe où. Tous les abords de ville se ressemblent, partout dans le monde. Zones aléatoires, industrielles et commerciales, des non-lieux, terra
incognita
criblée de sigles lumineux promettant le bonheur éternel et absolu à tout acheteur de ceci ou de cela. Tant que l’on peut consommer, on est en vie. A en croire les innombrables
véhicules stationnant avec la discipline d’une Panze Division sur les parkings, on était en droit de se demander si le paradis était pour plus tard. Ici, on pouvait naître et mourir comme dans la
vraie vie et tout cela en un temps record.

D’autres avis
L’encreuse
Yv
Journal d’une lectrice
Lettres express 
Sophie

NB :Ma préférence garniérique va cependant, pour le moment, à « Lune captive ».

NB 2: I love « Pascal Garnier »… Me voici garniérisée… je pars à la recherche d’autres ouvrages de ce monsieur…

Pour info : il sera au festival « étonnants
voyageurs
 » qui se déroule à Saint-Malo les 29, 30, 31 Mai …

Publicités
Cet article a été publié dans Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Comment va la douleur- Pascal Garnier

  1. Stephie dit :

    Décidément, tu me donnes envie de le découvrir 😉

  2. Karine:) dit :

    Ce serai le prochain que je lirai de l’auteur, je crois… ou Lune captive… on verra!  J’apprécié la théorie du panda sans être complètement fascinée, par contre… we’ll see!

  3. sylvie dit :

    ahah tu es accro à Pascal Garnier je vois…..tu vas à saint malo le voir ?

  4. enna dit :

    Ah c’est dommage pour l’astreinte, j’allais te proposer d’y aller le samedi, je crois que je vais essayer d’y aller …enfin!Je viens de finir « lune captive » (choisi parce que tu l’avais conseillé!) et j’ai beaucoup aimé…humour noir et grinçant, les petites failles des gens…je crois bien que j’en lirai d’autres!

  5. fab dit :

    vivement que je le lise celui la aussi

  6. Ys dit :

    Je ne m’explique pas pourquoi je n’ai pas encore tenté cet auteur… ce sont les sujets je crois qui ne m’emballent pas… mais avec des billets comme les tiens, je vais bien finir par craquer !

  7. Comme toi , ma lecture de Lune captive dans un oeil mort m’ a donné envie d’ en découvrird’ autres … VITE !!! Je viens d’ en acheter  2 autres dont le fameux panda …

Les commentaires sont fermés.