Love and Pop – Murikami Ryû


Livre prêté par Sylvie qui a adoré. Merci 😉

Un regard décalé sur la jeunesse japonaise. Des lycéennes en quête de produits de
beauté, de sacs de marque, de bijoux s’adonnent à des rendez vous galants payants.
Prositution ? Ne cherchent-elles pas tout simplement à exister ?
Pour cela, elles sont  prêtes à tout, même aux rencontres possiblement dangereuses.
Nous suivons une bande d’amies pendant une journée. Rythmée par les « messages téléphoniques » -genre petites annonces-, les bruits de fond du centre commercial, les listes de noms de
parfums ou des DVD d’un vidéoclub ou les paroles de chansons ringardes du karaoké, l’histoire « banale » de ces jeunes filles parait d’autant plus forte.

Hiromi veut une bague … pour la première fois elle rencontre deux inconnus, personages mystérieux, dangereux, hors normes…
L’un d’eux la quitte en disant :
Lorsque tu es nue comme tu l’es en ce moment, il y a quelqu’un qui est triste à en mourir.

Hiromi se répéte cette phrase, mais n’en comprend le sens profond qu’à la fin.

C’est noir par moments… mais à la fin Hiromi, l’héroïne, rencontre un homme qui lui parle de la valeur de la vie, de sa vie… et Hiromi existe de nouveau pour elle.

La vie :
Cet instant où le désir d’un tiers se porte sur toi, cet instant de la rencontre quand un individu dirige son désir sur toi, ça c’est
vraiment excitant.[…] Quand tu es jeune, tu ne comprends pas cette émotion particulière de la rencontre avec l’autre. C’est pareil pour les filles. Elles laissent des messages sur les
messageries pour se payer des trucs de chez Chanel ou Gucci mais si c’était de ça qu’elles avaient vraiment envie, elles pourraient le voler, non ? […] Chacun de nous a une valeur.

Avis chezBIBLIOSURF

Un livre adapté en film en 1998 ou.

Et ça donne ça ou ça.

Publicités
Cet article a été publié dans Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Love and Pop – Murikami Ryû

  1. Ys dit :

    C’est très trash ? J’ai une fille (16 ans) passionnée de Japon, mais parfois, je me méfie…

  2. sylvie dit :

    c’est inquiètant mais ça se passe au Japon dont la jeunesse a une culture différente de la nôtre ; Ys m’avait posé la même question sur le côté trash du roman..la voilà rassurée maintenant :-)))

  3. bzzz dit :

    Je pense qu’il existe des cas similaires en France… La prostitution adolescente n’est peut-être pas si marginale…

  4. Schlabaya dit :

    C’est effectivement un phénomène assez courant au Japon, malheureusement. J’aime beaucoup cet écrivain, même si ces romans sont souvent très sombres (je pense à « Miso Soup », qui est très très noir), mais je n’ai pas lu celui-là.

  5. Tulisquoi dit :

    Hum, ça a l’air moins glauque que Lignes… je continuerais peut-être par celui-ci alors. Parce que les autres du même auteur ont l’air vraiment, vraiment noir !

Les commentaires sont fermés.