Cabotage-Marc Trillard


En ce moment j’ai une passe « CAP-VERT » …
J’aimais déjà certaines chanteuses (pas la peine de citer Césaria Evora) LURA , Mayra Andrade mais le swap invitation au voyage de Bookomaton a renforçé mon amour pour ce pays …Des paysages variées : des montagnes séches et volcaniques
aux paysages florissants …J’y ai fait partir virtuellement Mallo … ce qui m’a permis de m’intéresser à la littérature capverdienne… Texeira de Sousa (une référence)… reste à
découvrir pour moi.

Bref, je me suis offert Cabotage, un récit de voyage à travers les différentes îles du Cap-Vert.
 


Un récit rythmé par la musique (morna, coladeira et funana) et l’amour de la musique du Cap -vert.
« Manuel Veiga sortira de sa botte la théorie des « 3M » ou le « triangle du Cap-Vert »
-tu veux savoir ce qu’est notre pays ? Un triangle équilatéral.  La base de la figure c’est la mer; Les deux côtés, la musique et le maïs. La mer pour l’exil ou l’insularité, selon ce qu’on
sent. Le maïs pour la cachupa, notre plat national. Et la musique pour la plaisir, morna coladeira et funana, comme tu voudras. M, M, M, les trois M »

« Ecoute ce silence, murmura Mario. Il y a beaucoup à dire, non ? Dans la musique capverdienne, le silence aussi a sa place. Est-ce que tuentends toutes
les nuances de ce silence ? »

« Comment décrire avec des mots justes la musique qui vous serre la gorge, qui vous met au bord des larmes ? »

On y trouve  une descriptions riche de ces paysages contrastés, de ces îles d’accés parfois difficile.

« Une île, encore une. Brava, la plus occidentale des terres du Cap-vert. La plus isolée, aussi. Rares liaisons aériennes ou
maritimes, gens confinés dans une solitude silencieuse à l’extrême ouest de ce pays dispersé tel un « chapelet de perles sur l’Atlantique », comme le chante le poète. Mais au moins, vivent-ils parmis
les fleurs ces gens là, au milieu d’une profusion de bongainvillées, de jacarandas, de lauriers-roses triomphants, un miracle rendu possible grâce au providentiel microclimat sur
l’île. »

« L’île de Sal au loin […] Sal le sel, Sal la sèche.  365 jours de soleil dans l’année, va,tent les
rares prospectus touristiques »

L’occasion aussi de revenir sur l’histoire de ce pays (esclaves, portugais)

 »  Et le journal de rappeler que les ethnologues considèrent Santiago comme l’île la plus africaine du Cap-Vert, où l’on
trouve les peaux les plus noires du pays. Dans les terres, les descendants de ces esclaves ont préservé leur sang du mélange. Ils sont restés une communauté fermée sur elle-même, perpétuant des
rites à la signification parfois oubliée mais dont le besoin ne les a pas quittés »

Un trés beau récit de voyage, qui renforce mon attrait pour ce coin du monde … j’étais là bas avec le narrateur.
  (Avez
vous déjà lu Marc Trillard ?)

Un petit échantillon musical … pour rêver avec moi !!

Publicités
Cet article a été publié dans Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Cabotage-Marc Trillard

  1. bookomaton dit :

    Aaaah, je suis en train de SAVOURER ta compil. Quand il y en a plus il y en a encore, emrci pour le voyage !!!

  2. sylvie dit :

    mmmmmmmmmhhh agréable cette musique, on irait bien écouter toutes ces merveilles sur place ; mais comment fais-tu pour trouver des musiques si, si..sensuelles,réussies, lumineuses et tout et tout (??)pur moment relax

Les commentaires sont fermés.