Manuel de guérilla à l’usage des femmes- Sylvie Brunel



Pourquoi ce livre chez moi ? Parce que Nicolas Demorand, de France Inter, en a parlé avec beaucoup d’intérêt le 24 Novembre…

Il n’est pas question de guérilla en terres colombiennes, ni de conseils de survie en milieu hostile.
Quoique le milieu hostile dont parle Sylvie Brunel est celui du couple cinquantenaire, plus précisément l’homme de cinquante ans contre la femme du même âge.

Syvlie Brunel y décrit la société actuelle avec sa quête du « jeunisime » à tout prix : chirurgie, botox, pilules miracles antigonflement ou antirides…
Difficile dans ce contexte pour la femme de cinquante ans de se trouver belle ou existante. La ménopause est présentée par les média comme « la fin de la vie de femme », Sylvie Brunel s’oppose à
cette idée en disant que la « ménopause » est une autre période de la vie des femmes.
L’auteure insiste sur le fait que la société n’impose pas de tels dictats aux hommes… ces messieurs, eux, ont le droit de prendre de l’embopoint avec le temps, ça les rend -presque- plus
charmants…
Ces messieurs se détournent parfois de leurs femmes pour des plus jeunes et plus belles, le fameux « démon de midi ».

Comment peut alors faire la femme cinquantenaire pour « survivre » ?
Doit-elle accepter pour « sauver l’illusion du couple » ou accepter cette séparation qui ressemble à un mauvais rêve ? La femme peut-elle vivre ce moment comme un nouvel espace de liberté, où elle
peut exister pour elle, et elle seule (terminées les corvées de lavage des maillots de toute l’équipe de football !)…

Bien sûr, l’auteure ne donne pas des conseils pour « survivre », elle explique l’intérêt qu’ont les femmes à accepter cette libertée, certes subie et pleine de nouvelles contraintes (financières
entre autres).

Sylvie Brunel illustre son propos avec quelques exemples de sa propre expérience. Elle est l’ex-femme d’Eric Besson. Par moments, j’ai eu l’impression de lire « Eric Besson, ce héros » tellement elle
insiste sur tout ce que lui a apporté cet homme quand ils étaient mariés : de l’énergie pour avancer, de l’envie pour quitter un milieu, de l’écoute en acceptant de s’installer dans une ville
éloignée de Paris… Bref, on sent qu’elle l’a aimé cet homme, ce qui explique la difficulté à remonter après.
Ne cherchez pas dans ce livre de révélations scandaleuses, pas d’informations.

On a aussi parfois l’impression de lire un livre sur les « dessous de la politique ou du pouvoir »… on apprend que l’homme politique a toujours besoin de trois types de femmes autour de lui une
type « maman », une type « bombasse, une type « organistarice »…

Bref, presque trois livres en un :
– les dessous de la politique et du pouvoir
– Eric Besson, ce héros
– Etre une femme de cinquante ans en France en 2009 !

Ce mélange donne un récit facile à lire, agréable, mais pas « révolutionnaire » !

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Manuel de guérilla à l’usage des femmes- Sylvie Brunel

  1. saraswati dit :

    j’adore le titre !! j’ai comme l’impression que c’est un livre qui pourrait m’interresser   super la grosseur des
    caractères…bien adaptée à une cinquantenaire !!

  2. keisha dit :

    J’aime bien Nicolas Demorand, le matin…
    Bon, ce livre a l’air intéressant.
    Pourquoi ces gros caractères? Je recule devant mon écran pour pour bien voir (y’en a qui sont jamais contents… ^_^)

  3. keisha dit :

    Ne t’inquiète pas. Une fois une blogueuse m’a dit que sur le mien c’était trop petit (pas avec le design actuel, mais il y a longtemps) alors j’ai un peu grossi les caractères. En tout cas là c’est
    lisible!

  4. bzzz dit :

    A quand un guide de la guerilla à l’usage des pauvres victimes du co…rd d’Iznogoud écrit en collaboration avec Charles????

  5. rotko dit :

    bonjour,

    Eric besson en héros ? ca fera remonter sa cote, car il est actuellement un des hommes les plus méprisés de l’hexagone, toutes tendances confondues,

    bien cordialement,

  6. le titre et le thème annoncés me séduisaient mais la dimension politique ne m’intéresse pas et le côté apologie de Besson me révulse.

Les commentaires sont fermés.