Une place pour le père- Aldo Naouri…

Alors ça y’est vous voyez le titre et vous vous dites : oh la la Orchidée nous pondrait bien un bébé… Non , ce n’est pas pour maintenant… Ce livre au titre si tapageur parle
plutôt de la place des PARENTS (les deux) dans le développement de l’enfant….


Lecture asez fastidieuse aux échos pseudo-médicaux (l’auteur est pédiatre)…beaucoup de cas cliniques (trop) un discours complexe… Bref,
pas assez précis pour moi… à moins que ce soit la place du père qui soit , par nature, imprécise !

En résumé, et pour vous évitez cette lecture

pour empêcher une identification trop forte de la mère à son enfant ( et donc la surprotection aimante qui va avec (ce qui induit l’idée
chez l’enfant que sans la mère il n’y a pas de survie)),  il faut mettre fin à la relation duelle entre les deux (qui notons le existe bien
avant la naissance).  Ouah impressionnant !

Tiens, si je prenais LE PERE pour rompre cette relation exclusive ! Quelle idée GENIALE n’est ce pas !
Mais là se posent différents problèmes :

                  1) la fin de cette relation est décidée par la mère quand elle redevient femme ! (brillant
non)

                 2) le père doit prendre une place, mais pas celle de la mère …
Pour devenir père, la première et indispensable condition c’est de renoncer à être mère, de renoncer à être une « autre mère »…

                3) La mère doit sortir de son angoisse de mort et de surprotection

                4) Le père a un accès lent à son statut… il doit tatonner entre indifférence à l’enfant et imitation
de la mère

Bref, au final le père prend une place aseez grande si possible, mais pas trop … et si en fait la mère faisait pareil ! On aurait une sorte d’équilibre … et chacun aurait une place …

Publicités
Cet article a été publié dans Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Une place pour le père- Aldo Naouri…

  1. enna dit :

    Pffiou…ça a l’air compliqué de ne pas rater l’éducation de son enfant 😉

  2. liliba dit :

    Je passe mon tour, c’est déjà assez compliqué à la maison avec les 3 schtroumpfs pour que je me prenne encore la tête avec des conseils si… intellectuels !

  3. Je ne me suis pas posé beaucoup de questions avant la naissance, et à présent je vis ma paternité au jour le jour – la relation se construit.

    Mais la société ne pousse-t-elle pas les papas à devenir des mamans comme les autres? C’est sympa et pas forcément dévalorisant de faire les tâches jadis clairement dévolues aux mères (changer les couches, nourrir Bébé, le laver, etc.), mais il y a certainement autre chose, de plus spécifique, que l’homme peut apporter à l’enfant (et la femme peut-être pas – de même que la mère donne à l’enfant plein de choses que l’homme ne peut pas donner, à commencer par la vie).

    Reste à savoir quoi. Sans doute l’a-t-on un peu oublié. Je m’empresse d’ajouter que je n’ai pas (encore) trouvé la réponse.

Les commentaires sont fermés.