Le souci des plaisirs – Michel Onfray

et oui voilà que je me mets à la philosophie, « des plaisirs »  me direz vous ! et tout ça grâce à un prêt de Mouchou

Comme vous le voyez de vos yeux, la couverture est sans aucune ambiguité….

C’est ma première lecture de Michel Onfray, j’ai bien aimé sa façon de présenter la philosophie, par contre je l’ai trouvé parfois un peu prétentieux, sûr de lui à certains passages du livre (peut
être est ce le propre du philosophe d’être sûr de lui …).

Pourquoi s’intéresse-t-il aux plaisirs ?
Par ce qu’elle peut être la raison de pathologies …

Qu’une vie sexuelle inexistante ou déplorable, problématique ou calamiteuse, pitoyable ou désastreuse, induise des effets sur la chair, voilà une évidence traitée sur le mode du déni dans notre
civilisation.

Ainsi, le mariage n’est envisagé qu’à des visées « reproductive » et, une fois la tâche effectuée, la raison de vivre du couple n’est plus.

L’attraction de Roméo pour Juliette ne se nomme pas Amour, mais tropisme instinctif des reproducteurs. D’où les malentendus des malheureux pris dans les rets du mariage, un véritablepiège tendu
par l’espèce dans lequel tombe la plupart : on se marie en croyant associer sa vie à celle de son alter ego, on construit une famille, on y accueille des enfants et, une fois cette fin réalisée,
l’espèce satisfaite, plus rien ne justifie la liaison que la société entend voir se poursuivre jusqu’à la fin du premier des deux. D’où les psychopathologies associées à ces états de
fait…

Alors, Onfray nous explique que nous, européens élévés dans une société de rite catholique (… et je tiens à vous dire qu’être athée ne protége de rien …), nous avons une représentation
du sexe/des plaisirs  comme quelque chose de maléfique, de dur, à vivre dans la souffrance. Comme si nous voulions dans l’acte reproduire la souffrance de Jésus sur sa croix … où « le désir
équivaut au pêché ».
Une vision « nihiliste » de l’éros. L’abstinence prônée par la religion catholique ne serait qu’une façon de donner à la tare de Saint Paul (l’impuissance) une certaine puissance…

« Je dis aux célibataires et aux veuves : il leur est bon de demeurer comme moi. mais s’ils ne peuvent pas se contenir, qu’ils se marient : mieux vaut se marier que brûler » L’idéal ? la
virginité. Mais, à défaut, si la barre est trop haute : chasteté, continence, abstinence feront l’affaire… Le mariage chrétien agit en dispositif castrateur le plus à même de réaliser
l’universalisation de la maxime névrotique paulinienne. Le délire paulinien trouve sans difficulté un bouc émissaire. la cause de tous ses malheurs ? Les femmes, la femme autrement dit le désir, la
libido…

A cette vision trés réduite, nihiliste, des plaisirs et de la libido, Onfray oppose la vision indienne des plaisirs (vous savez le pays du célébre livre le K… S.. )… du
côté indien positivité des corps et éros solaire …
c’est à dire une sexualité vécue dans l’idée du plaisir (le sien, et celui de son partenaire), une sexualité qui est le
continuum du corps et de l’esprit et non pas quelque chose à part…

On ne naît pas ce que l’on est sexuellement, on le devient.

Cet ouvrage invite à la construction sexuelle de soi à partir d’un matériau inédit : l’unicité de chacun.

Un livre qui parle donc des plaisirs… qui aide  à la réflexion mais tout ça pour ne dire qu’il faut se connaitre pour ne pas conceptualiser
ou repousser les plaisirs sexuels … c’est ça la philosophie , non ? connais toi toi même … on y rveient toujours.

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Le souci des plaisirs – Michel Onfray

  1. carambaole dit :

    Un surf rapide sur les blogs
    ou j’aime flaner;mais ici faute
    de temps ;juste vous souhaiter
    un bon réveillon de Noël

  2. bzzz dit :

    Bel hommage de Michel Onfray aux femmes… En les « autorisant » à être actrices de leur vie sexuelle, ils les libèrent de leurs rôles de coupable et d’objet sexuel. Encore faut-il, même au-dela de tout principe religieux, qu’elles accèdent à une certaine estime d’elles-même. Pas facile dans cette société toujours misogyne, peuplée d’images de corps de femmes nues anorexiques ou retouchés pour simuler la perfection…

  3. Ys dit :

    Ben mince alors, il n’y a bien qu’un philosophe pour envisager les plaisirs de l’amour comme la souffrance de Jésus sur la croix, j’en suis sans voix, je voyais ça plus fun, enfin pour ma part… Donc si je comprends bien : vive l’adultère !?

  4. enna dit :

    Quand elle trouvait qu’on (la télé, les journeaux, etc) parlait trop grand-mère disait : « On croirait que la sexualtité a été inventée hier! » Je trouve que souvent on se prend la tête pour des choses si simples en réalité, sans doute à cause de la religion, de la culture, de la société…
    Dis donc, avec cet article tu risques d’avoir plein de recherches gougeule orientées 😉

  5. katell dit :

    bonjour,
    je recommande aussi ce livre, le souci des plaisirs qui comme l’oxymore de son titre l’indique joue sur l’ambiguité entre souffrance sexuelle et plaisir refoulé.
    J’ai trouvé la première partie assez partiale car elle ne reconstruit pas la réalité historique de nos sociétés antiques mais la seconde partie, que j’ai lue sous le mantra « ohm nama shiva ia »
    ramené de bangkok m’a paru là véritablement hédoniste et ouvrant la femme à son principe de plaisir, plaisir si refoulé dans nos sociétés occidentales que s’en est un véritable scandale qui dépasse
    le cadre du seul féminisme…. katell libellule

  6. katell dit :

    bonjour,

    je m’intéresse tout simplement au sens de la vie et aussi à l’hédonisme, aux plaisirs de la vie et à la philosophie… du quotidien. Toutefois pour ne pas me compliquer la vie, je communique plus
    par téléphone que par d’autres moyens.

    Comme je lis actuellement ce livre de M. Onfray , le souci des plaisirs, j’ai tout simplement écrit le titre de ce livre sur google… plus poétiquement  u ne orchidée et une libellule
    même sur internet, cela créé des rencontres possibles.. au XXIème siècle biensûr !

Les commentaires sont fermés.